Ecobulles vs Adoucisseurs

Quelles sont les différences entre le procédé Ecobulles et les autres solutions du marché ?

Adoucisseur au sel

Vous pensez tout savoir sur le principe de fonctionnement d’un adoucisseur au sel ? Voici dans les détails comment ça marche.

Sachez que TOUS les adoucisseurs au sel fonctionnent de cette façon, quelle que soit leur qualité, leur origine ou leur date de fabrication.

Prêt ?

Ecobulles

Découvrez maintenant le principe de fonctionnement d’un Ecobulles.

Voyez pourquoi il est efficace et en quoi il est bon pour vous, votre maison et notre planète !

Comparez vous-même !

Voici dans le détail, les différences entre un adoucisseur au sel et Ecobulles

Survolez les points de comparaison pour en savoir plus.

PROTECTION PRÉVENTIVE & CURATIVE

Adoucisseur au sel

Principe de fonctionnement

?L’eau de la concession traverse une résine échangeuse d’ions, chargée en sel (Chlorure de Sodium). Au passage de l’eau de la concession, la résine capte les ions calcium et magnésium, garde les ions chlorure et libère (en échange) les ions sodium dans l’eau de consommation. Lorsque cette résine est saturée, il faut alors la « nettoyer » et la « recharger » en sel (régénération).. C’est ce qui explique la surconsommation d’eau estimée à 10 % pour les adoucisseurs au sel les plus performants. Cette eau de régénération rejetée aux égouts est chargée en calcium et magnésium mais elle est aussi saturée en chlorure. C’est cette phase de régénération qui explique que les adoucisseurs au sel sont autant décriés (surconsommation d’eau, pollution par les rejets de chlorure et dans certains cas, une eau impropre à la consommation – décret n°2001-1220 du 20.12.2001-).
?Au contact de l’eau, le CO2 se transforme en acide carbonique. Cet acide doux naturel fait baisser le pH de l’eau, et solubilise ainsi le calcaire sous forme de bicarbonates de calcium et de magnésium. Ce procédé s’apparente, de manière beaucoup moins violente, aux effets du vinaigre blanc sur le calcaire, sans goût pour l’eau et sans danger pour les canalisations. Son efficacité est donc incontestable. Branché juste après le compteur d’eau, le procédé injecte de façon proportionnel la juste quantité de CO2 pour mettre l’eau à l’équilibre calco-carbonique. Elle est ainsi ni incrustante, ni agressive. 1 litre d’eau traitée = à 1 litre d’eau utile. Le CO2 utilisé est de qualité alimentaire.

Economie d'énergie

?Transfert de chaleur efficace grâce à des résistances non entartrées.
?Transfert de chaleur efficace grâce à des résistances non entartrées.

Protection entartrage

?Procédé très efficace pour la protection des canalisations, des chauffe-eaux, des sanitaires, des appareils électro-ménagers, etc…
?Procédé très efficace pour la protection des canalisations, des chauffe-eaux, des sanitaires, des appareils électro-ménagers, etc…

Traces blanches

?Un adoucisseur installé par un professionnel est réglé sur un titre hydrotimétrique (TH) compris entre 10° et 15°. A cet indice, il reste des petites traces de calcaire non incrustantes. Pour qu’il n’y ait plus de trace, il faut régler le TH de l’adoucisseur au sel proche de 0°. A cet indice, l’eau est corrosive et va altérer vos équipements (ballon d’eau chaude, résistances de l’électro-ménager, éléments de chaudière, échangeurs, canalisations…). C’est ce qui explique que des fabricants comme ATLANTIC, VIESSMANN… exigent un réglage du TH de l’eau à 15° minimum !!!
?Atténuation des taches blanches sur les inox, sur les surfaces foncées, les parois de douche… En phase « curative », ces traces peuvent être plus importantes. C’est normal car, en plus du calcaire présent dans l’eau, nous solubilisons progressivement le calcaire déjà présent dans les installations de l’habitation. Cependant, ces traces sont constituées de bicarbonates (qui ne sont pas incrustants) et disparaissent d’un simple coup d’éponge.

Centrale vapeur

?Il faut vous référer à la notice d’utilisation de votre appareil. Certains constructeurs recommandent des eaux déminéralisées et d’autres des eaux du robinet.
?Il faut vous référer à la notice d’utilisation de votre appareil. Certains constructeurs recommandent des eaux déminéralisées et d’autres des eaux du robinet.

Lave-vaisselle

?Plus besoin de mettre du sel dans le lave-vaisselle
?Il est conseillé de mettre du sel dans le lave-vaisselle pour éviter dans certains cas d’avoir une trace blanche aux pieds des verres (goutte d’eau qui sèche en présence de bicarbonates). Pour autant, ces traces se retirent d’un simple coup de chiffon. Attention, si votre lave-vaisselle est équipé d’un réglage pour la dureté de l’eau, pensez à le régler au bon indice.

Effet curatif

?L’effet curatif est très faible. Ne supprime ni le tartre, ni les dépôts organiques.
?Détartrage doux et progressif de l’ensemble des installations de la maison (ballon d’eau chaude, canalisations, sanitaires, électroménager…). Supprime le calcaire et les dépôts organiques existants. Le seul procédé sur le marché à être curatif.

Linge

?Linge très souple par absence de calcaire. Attention aux allergies : le pouvoir rinçant d’une eau adoucie est très faible, ce qui entraine des risques de résidus lessiviels dans les fibres du linge.
?Linge souple car les bicarbonates sont solubles dans l’eau. Ils sont évacués en phase de rinçage avec les impuretés et la lessive. Le fort pouvoir rinçant d’une eau enrichie en CO2 élimine plus facilement les résidus lessiviels.

Produits de nettoyage

?Economie de détergents, d’assouplissants etc…, grâce au pouvoir moussant de l’eau traitée par un adoucisseur au sel.
?Economie de détergents, d’assouplissants etc…, grâce au pouvoir rinçant d’une eau enrichie en CO2.

BIEN-ÊTRE & SANTÉ

Adoucisseur au sel

Ecobilan sur 10 ans

?Pour un foyer de 4 personnes : 1200 kg de sel consommés 120 m3 minimum d’eau gaspillés et pollués par le chlorure.
?Pour un foyer de 4 personnes : 120 kg de CO2 (en moyenne) neutralisés. Aucun gaspillage d’eau et aucun rejet de chlorure.

Hygiène

?Risque de pollution bactérienne par stagnation de l’eau dans le lit des résines et dans le bac à sel. Il est impératif d’effectuer une désinfection annuelle.
?Pas de stockage d’eau donc pas de risque de pollution bactérienne. De plus, le CO2 a la propriété d’être bactériostatique.

Equilibre / Goût de l'eau

?L’eau est dénaturée car le calcium et le magnésium sont remplacés par du sodium (déminéralisation de l’eau). La présence de sodium provoque un goût sodé. Cette eau est à proscrire pour les personnes soumises à un régime sans sel. Dans le cas d’une eau très dure la quantité de sodium « échangée » dans l’eau, peut la rendre impropre à la consommation (Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine norme : SANP0720200 1A).
?L’eau conserve toutes ses propriétés minérales. Elle est plus digeste grâce aux bicarbonates. Le goût de l’eau n’est pas altéré.

Bien-être de la peau

?Eau agréable au contact de la peau. Amélioration des rougeurs et des irritations de la peau grâce au retrait des carbonates de calcium et de magnésium.
?Eau agréable au contact de la peau. Le procédé ECOBULLES consiste à diminuer très légèrement le pH de l’eau et le ramène au plus près de celui de la peau, ce qui diminue considérablement les rougeurs et les irritations cutanées. De plus l’apport de bicarbonate entraine une nette amélioration sur la peau et contribue à diminuer les démangeaisons.

Pouvoir rinçant

?L’eau sans calcaire procure une sensation désagréable « de gras » sur la peau au moment du rinçage. Cela donne l’impression de ne pas pouvoir se rincer. Ce phénomène engendre une surconsommation d’eau.
?Pouvoir rinçant renforcé grâce à l’ajout de CO2, d’où un réel confort au moment du rinçage et une réelle économie d’eau (Brevet ECOBULLES n° 00 09653).

INSTALLATION

Adoucisseur au sel

Installation

?Nécessite de solides compétences en plomberie. Implique une évacuation au réseau des eaux usées, indispensable à la régénération régulière de la résine. Il faut prévoir un point d’eau non-traitée et un by-pass pour le réglage de la dureté de l’eau si l’adoucisseur au sel n’en est pas équipé.
?Nécessite un peu de compétences en plomberie. Pour le réglage du pH, nous conseillons toutefois le concours d’un professionnel. Ne nécessite ni by-pass ni dispositif d’évacuation.

Nuisances sonores

?Appareil bruyant en phase de régénération (souvent au milieu de la nuit).
?Le procédé ECOBULLES est silencieux.

Encombrement

?Equipement volumineux et non modulable. 50 x 30 x 110 (mesures indicatives) pour un foyer de 4 personnes.
?Installation modulable. Equipement peu encombrant : – Tableau électrique (17 x 17 x 6 cm) – Partie hydraulique (44 cm). – Bouteille de gaz (de 70 à 90 cm de hauteur et 20 cm de diamètre).

Maintenance

?Suivi obligatoire et régulier du niveau de sel dans le bac. Contrainte de stockage et manipulations fréquentes de sacs de 25kg de sel. Contrat annuel d’entretien impératif contre les risques bactériens.
?Une bouteille de 10kg de CO2 permet de traiter entre 50 et 100 M3 d’eau (en fonction de sa dureté).
 Donc peu de manipulation et très peu de maintenance.

SYSTÈMES ÉLECTRO-MAGNÉTIQUES

Ces procédés existent depuis plus de 30 ans et n’ont jamais réellement fait leurs preuves dans le domaine domestique. Les principales raisons sont liées à la nature des canalisations, à la composition de certaines eaux et surtout, à la vitesse d’écoulement de l’eau dans les installations. Sur ce dernier point, la vitesse de 2m/s est bien souvent préconisée. C’est l’équivalent de 3 à 4 robinets ouverts en même temps. Une situation rare au sein d’un foyer. C’est ce qui explique que ces procédés n’ont jamais connu un développement important sur le marché Grand Public. D’ailleurs, les ATEX (Attestations Techniques Expérimentales) délivrées sur ces procédés par le CSTB, ne le sont jamais sur du « domestique » car la vitesse de 2m/s fait toujours partie du cahier des charges des essais. Ils ne sont donc pas intégrés dans ce comparatif, faute d’efficacité.